dimanche 4 décembre 2016

Eloge du compositeur Antoine Taudou en 1870

Antoine Taudou, né en 1846 à Perpignan, n'est en 1870 encore qu'un jeune violoniste et compositeur. Grand prix de Rome de composition musicale en 1869, il commence à se faire un nom, à la fois en tant qu'interprète et comme compositeur de ses premières œuvres.

Musicam scire
Antoine Taudou en 1903


Le journal Le Roussillon du 25 mai 1870 retranscrit son éloge, tel que paru dans un autre journal de l'époque, Le Français. On y trouve la mention de quelques unes de ses œuvres de jeunesse, information utile tant les sources sont rares pour ce compositeur oublié de nos jours et dont à ma connaissance il n'existe pas d'enregistrements (du moins n'en ai-je pas trouvé). Sans doute ses compositions assez conventionnelles suscitent-elles désormais moins d'intérêt, et Antoine Taudou est plutôt encore connu comme ayant été le professeur d'harmonie au conservatoire de Paris d'élèves devenus célèbres, parmi lesquels notamment Charles Koechlin.

Le Français publie l'article suivant sur un de nos compatriotes, M. Taudou.
« Agé de vingt-trois ans à peine, M. Taudou a déjà vu son mérite comme violoniste et comme compositeur constaté cinq fois par le conservateur qui, au dernier concours, lui a décerné le grand prix de Rome. Son habileté comme virtuose s'est révélée dans l'exécution de la sonate en la  de Rubinstein, et le style pur et élégant qu'il a montré dans l'interprétation du cinquième quatuor de Beethoven, lui ont valu des félicitations du public intelligent et connaisseur réuni pour l'entendre ; elles lui ont valu celles plus flateuses encore des artistes éminents qui l'entouraient. En voyant Mme Massart, MM. Rubinstein et Jacquard prêter leur concours à M. Taudou, on était assuré de son avenir.
« Ses compositions sont claires, faciles à comprendre, pleines de grâce et de charme, ont séduit l'auditoire tout entier, et cette fois, par une exception qui ne se renouvellera peut-être pas, les amateurs craintifs ont applaudi spontanément sans jeter un regard furtif sur des mains plus autorisées. D'abord, c'était une « mélodie » pénétrante empreinte de la plus rare distinction parfaitement chantée par M. Bouhy, puis une barcarolle dont le rhythme s'alliait heureusement à quelques strophes de Victor Hugo, et enfin trois morceaux de violon exécutés par l'auteur.
« L'adagio a obtenu les suffrages de l'estrade les plus précieux, on le sait ; la « Napolitaine » souvenir du récent voyage de M. Taudou en Italie, a été dite avec verve et brio. Mais ce que personne n'oubliera, c'est la « chanson » dont le tour imprévu rappelle ces « Lieders » de Heine, où l'esprit et la finesse n'excluent pas un sentiment tendre à peine indiqué et aussitôt remplacé par une note railleuse. Cette « chanson » est un petit poème et résume le talent de M. Taudou, talent qui nous promet pour l'avenir un compositeur destiné à figurer parmi les artistes d'élite résolus à conserver les saines traditions de l'art et à chercher leur idéal dans ce qu'il y a de plus pur et de plus élevé.

G. Huber. »


Si l'on tente de résumer les œuvres composées  par Antoine Taudou mentionnées dans cet article nous avons donc :
* deux pièces chantées : une mélodie et une barcarolle sur des vers de Victor Hugo ;
* trois pièces pour violon : un adagio, une « Napolitaine » et une « chanson ».
Concernant la mélodie, l'article mentionne le chanteur, M. Bouhy. S'il s'agit de Jacques Bouhy, chanteur en vogue à l'époque, sans doute est-ce donc une pièce pour baryton.

Précisons enfin qu'un des soutiens cités dans l'article n'est autre qu'Anton Rubinstein, grand pianiste et compositeur russe, à l'époque en tournée dans toute l'Europe.

Source : Le Roussillon du 25 mai 1870 [domaine public], via le fonds numérisé de la Médiathèque de Perpignan.
Photo : Portrait d'Antoine Taudou par Pierre Petit dans la revue Musica en 1903 [domaine public]



Ce blog vous intéresse ? Vous pouvez vous y abonner
en bas de cette page dans la section Membres.

Cet article vous a intéressé ? Partagez-le !

mardi 24 mai 2016

Premières chansons de Bob Dylan

En ce 24 mai 2016, Bob Dylan fête ses 75 ans. Pour célébrer cet anniversaire, j'ai souhaité revenir à son premier album, Bob Dylan, enregistré fin 1961 et paru en mars 1962. Essentiellement constitué de reprises de chansons folk diverses, il contient cependant deux chansons de sa composition, que j'ai trouvé intéressant de ré-écouter. Un petite remarque sur la pochette de l'album auparavant : la photo aurait été inversée afin que le manche de la guitare qu'il tient dans ses mains ne masque pas le logo de Columbia, habituellement situé à gauche.

Musicam scire


Depuis fin 1960, Bob Dylan a quitté Minneapolis, en passant par Chicago, pour finalement arriver à New York à la fin de janvier 1961. Les débuts y seront bien sûr difficiles et c'est donc ce qu'il exprime dans la la chanson Talkin' New York : son arrivée à Greenwich Village, ses premières rencontres et son style un peu étrange qui l'empêche de se produire dans les bars (« You sound like a hillbilly; We want folk singers here. »).


Dans son deuxième titre, Song to Woody, Bob Dylan rend hommage à Woody Guthrie, son maître du folk qu'il est venu voir dès son arrivée à New York.Ce dernier est alors malade mais apprécie le talent du jeune homme. L'air de Song to Woody s'inspire donc logiquement d'une chanson de 1941 de Woody Guthrie, 1913 Massacre.



Liens
Wikipédia
Rate Your Music


Ce blog vous intéresse ? Vous pouvez vous y abonner
en bas de cette page dans la section Membres.

Cet article vous a intéressé ? Partagez-le !

samedi 7 mai 2016

La naissance de Johannes Brahms

Une entrée fracassante !


Le 7 mai 1833 naissait à Hambourg un certain Johannes Brahms.

On peut lire dans la Bibliothèque universelle et Revue suisse (102e année, tome 6, n° 16) un petit récit paru peu après sa mort, le 3 avril 1897 à Vienne, où il fut enterré. On y apprend les circonstances de la naissance de Johannes Brahms, né d'un père d'abord joueur de cor d'harmonie et qui devint par la suite contrebassiste dans l'orchestre du théâtre de la ville. Ce n'était sans doute pas un très grand musicien, mais malgré tout sérieux et qui surtout, ainsi que nous l'indique ce récit, possédait la clef de l'armoire aux partitions de l'orchestre...

Musicam scire
Johannes Brahms en 1875

(...) Vienne, qui garde déjà les tombeaux de Mozart, de Beethoven et de Schubert, vient de donner une sépulture à Johannes Brahms. La vie de ce grand homme a été des plus unies : de sa première à sa dernière heure, elle fut consacrée à la musique. Sa naissance même l'y prédestinait.
En ce temps-là, en effet, l'orchestre du théâtre de Hambourg possédait le modèle des contrebassistes, qui cumulait ces fonctions avec celles de secrétaire. Jamais, depuis quinze ans, l'excellent homme n'était arrivé une minute en retard ou n'avait égaré un feuillet de musique. Générale fut la surprise quand, le soir du 7 mai 1833, on s'aperçut que non seulement le contrebassiste était absent, mais encore qu'il avait emporté la clef de l'armoire aux partitions. On courut chez lui. Le brave homme venait d'être père. Sa femme avait donné le jour à un gros garçon et l'émotion, pour la première fois de sa vie, lui avait fait oublier ses devoirs d'artiste. Le public impatient tapait des pieds sur le rythme universellement connu. Le régisseur se tira d'affaire en indiquant aux spectateurs le motif du retard. Ils se radoucirent et saluèrent de joyeux vivats l'entrée dans ce monde de l'enfant qui devait être Johannes Brahms.


Source : Bibliothèque universelle et Revue suisse (102e année, tome 6, n° 16) [domaine public], via Gallica.
Photo : Emil Bühler [domaine public]


Ce blog vous intéresse ? Vous pouvez vous y abonner
en bas de cette page dans la section Membres.

Cet article vous a intéressé ? Partagez-le !

samedi 12 décembre 2015

Premier film avec Frank Sinatra en 1943

Frank Sinatra est né il y a exactement cent ans,  le 12 décembre 1915. En forme d'hommage, je souhaiterais mettre en avant sa première apparition créditée au cinéma, dans un film de février 1943 intitulé « Reveille With Beverly ».

Frank Sinatra était déjà apparu chantant une chanson dans un film de 1941, « Las Vegas Nights », mais son nom n'était pas crédité au générique. En 1943, il est non seulement crédité mais, comme on peut le voir, il figure aussi sur l'affiche, bien qu'il n'y soit pas tout seul : y figurent notamment quelques stars telles que Bing Crosby, Duke Ellington et Count Basie, chacun avec leurs orchestres respectifs.

Affiche du film « Reveille With Beverly »
En 1943, Frank Sinatra a alors vingt-huit ans, sa carrière vient de décoller trois ans plus tôt et il vient d'avoir son premier succès à Broadway un mois avant. Il chante dans ce film une chanson de Cole Porter, Night and Day.


Par la suite, durant sa longue carrière, Frank Sinatra participera à plus de 70 films et recevra de nombreuses récompenses. Il en réalisera même un en 1965, None But the Brave, un film de guerre qui est aussi la première co-production américano-japonaise de l'histoire du cinéma.

Crédits affiche et extrait vidéo : copyright Columbia Pictures.



Ce blog vous intéresse ? Vous pouvez vous y abonner
en bas de cette page dans la section Membres.

Cet article vous a intéressé ? Partagez-le !

vendredi 26 décembre 2014

Albums brésiliens de 2014

Avec l'effet coupe du monde, plutôt que de regarder le football, je me suis dit cette année que c'était une bonne occasion de découvrir ce qui se faisait d'intéressant dans la musique brésilienne d'aujourd'hui. Après avoir écouté quelques dizaines de disques sortis en 2014, et ce sans a priori puisque je n'y connaissais pas grand chose (hormis les grands classiques), j'en ai tiré une petite sélection de 11 albums. Je vous épargne les mauvais disques en tous genres que je me suis également infligé (j'écoute toujours un disque en entier).

Note :
MPB : Música Popular Brasileira, une sorte de mélange de bossa nova et samba avec des influences étrangères, né dans les années 60 en réaction à l'invasion du rock.




Le premier disque de la liste est à mon avis le seul qui sorte un peu du lot pour cette année 2014. Le reste (classé par ordre alphabétique) est bon mais pas inoubliable tout en étant digne d'intérêt pour se faire une idée de la production musicale contemporaine de ce pays. On retrouve dans cette sélection aussi bien des nouveaux venus que des vétérans. Tous ces albums sont disponibles à l'écoute sur les différents sites de streaming en ligne.

Far From Alaska (groupe formé en 2012 à Natal, Rio Grande do Norte)
modeHuman
4/5
Rock indépendant/Stoner rock


Romulo Fróes (né en 1971 à São Paulo) Barulho feio 3,5/5 MPB

Gilberto Gil (né en 1942 à Salvador, Bahia) Gilbertos Samba 3,5/5 Samba

Graveola e o Lixo Polifônico (groupe formé en 2005 à Belo Horizonte, Minas Gerais) Vozes Invísiveis ou Dois e Meio 3,5/5 MPB / Art pop

Ideia de Antes (groupe formé en 2010 à São Paulo) Ideia de Antes 3,5/5 Latin jazz

 MC Bin Laden (né en 1994 à São Paulo) MC Bin Laden Funk carioca (mélange samba/Miami bass/hip-hop)   Mombojó (groupe formé en 2001 à Recife, Pernambuco) Alexandre 3,5/5 MPB / Rock psychédélique

ruído / mm [bruit par millimètre] (groupe formé en 2003 à Curitiba, Paraná) Rasura 3,5/5 Post-rock (assez calme)

S.P.Y (pseudonyme de Carlos Lima, né à São Paulo) Back to Basics Chapter One 3,5/5 Drum and Bass

Maria Bethânia (née en 1946 à Santo Amaro da Purificação, Bahia) Meus quintais 3,5/5 MPB

Tom Zé (né en 1936 à Irará, Bahia) Vira Lata na Via Láctea 3,5/5 MPB

Mentionnons quelques artistes ayant également produit cette année des disques potables mais dispensables (à mon avis) :  Erasmo Carlos (rock / MPB), Carne Doce (rock psychédélique), Vanessa da Mata (MPB et électro), Pitty (rock alternatif), Ian Ramil (folk pop), Martinho da Vila (samba), Skank (pop-rock), Fernanda Takai (MPB), Titãs (MPB), Clara Valente (MPB), Zé Vito (pop-rock).

N'ayant pas publié de best of du Brésil l'année passée, je rappellerai pour terminer mon n°1 de ce pays pour 2013. Bossacucanova (groupe formé en 1999 à Rio de Janeiro) Nossa Onda é Essa ! (sorti en Europe en 2014 sous le titre Our Kind of Bossa) 4/5 Bossa nova

Ce blog vous intéresse ? Vous pouvez vous y abonner en bas à gauche de cette page dans la section Membres.
Cet article vous a plu ? Partagez-le !

mardi 12 août 2014

Robin Williams et Ry Cooder racontent des histoires

La disparition subite du formidable acteur qu'était Robin Williams (1951-2014)  est tragique et regrettable. Je n'ai rien à ajouter qui ne sera dit dans tous les hommages qui ne manqueront pas de lui être rendus.

En souvenir, je voudrais rappeler ici l'existence d'un disque de Robin Williams publié en 1988 avec le prolifique musicien et producteur Ry Cooder pour la société Rabbit Ears, spécialisée dans les contes pour enfants, créés à la fois en dessin animé (en fait des successions d'images) et en livres-disques correspondants. Ry Cooder se charge de la musique et Robin Williams prend l'accent du Texas pour nous raconter l'histoire incroyable de Pecos Bill, personnage créé par Edward O'Reilly en 1917. Il s'agit d'un enfant perdu par sa famille au fin fond du Texas vers 1830 et élevé par les coyotes. Retrouvé par un cowboy (dans certaines versions, son frère) des années plus tard, il devient lui-même un cowboy hors du commun, notamment capable d'attraper une tornade avec son lasso ou de dresser n'importe quel animal.
L'histoire est drôle et les voix des différents personnages, toutes réalisées par Robin Williams, le sont encore plus. Les accents des rustres cowboys du Texas ne seront pas faciles à comprendre pour tout le monde, mais n'empêchent pas malgré tout de suivre l'histoire.

Pecos Bill
Texte : Brian Gleeson
Narration  : Robin Williams
Musique  : Ry Cooder
Illustrations : Tim Raglin
Rabbit Ears, 1988

1ère partie de l'histoire



2ème partie de l'histoire



Photo : By Spc. Erik LeDrew, U.S. Army [Public domain], via Wikimedia Commons 
Pochette de disque : Rate Your Music (cf. lien)

Ce blog vous intéresse ? Vous pouvez vous y abonner en bas à gauche de cette page dans la section Membres.

samedi 19 avril 2014

Gabriel García Márquez en 33T

En hommage à Gabriel García Márquez qui vient de nous quitter ce 17 avril 2014, je découvre qu'il existe un 33T édité à Buenos Aires en 1967 où il lit lui-même le premier chapitre de Cent ans de solitude.


Je n'en ai pas rencontré de trace enregistrée sur le net bien qu'on le trouve à la vente ici et là.

En compensation, je vous propose d'écouter un morceau des Calchakis intitulé Gabriel García Márquez. On nous y dit notamment :
Gabriel García Márquez, l'Amérique entière a trouvé une voix dans ta voix.